Le Docteur Foreman MABALA a eu l’initiative de l’Asbl Bureau d’Assistance aux Malades Nécessiteux. Buzzz Magazine lui donne la parole.

Buzzz Magazine : Bonjour Docteur, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Dr Foreman MABALA : Médecin, je travaille pour des institutions publiques du gouvernement congolais, plus précisément en tant qu’anesthésiste et réanimateur au sein des cliniques universitaires de Lubumbashi. Des charges horaires à l’université m’incombent à l’Université de Lubumbashi, à la faculté de médecine, à l’ISTM de Lubumbashi, ainsi qu’auprès de certaines universités de la République et à l’étranger. Sinon, j’ai pu initier un projet de bénévolat, dénommé : Bureau d’Assistance aux Malades Nécessiteux, BAMN en sigle.

Pourquoi avoir mis en place un pareil projet ?

Ce projet remonte à très longtemps, à 2005 quand nous étions des stagiaires au sein de l’hôpital Jason SENDWE, où les agents de la Gécamines faisaient la grève pour revendiquer leurs droits. Ces agents ne pouvaient plus être soignés et tous les matins, on enregistrait de nombreux décès. 

J’ai été touché par cette façon de voir les choses, et avec Kaluba Kiki, un ami boursier, nous avons réuni une petite somme d’argent pour acheter des médicaments. Nous avons commencé à assister les malades qui n’avaient rien, vu, qu’à l’époque, la Gécamines avait presque abandonné les malades hospitalisés. D’autres amis nous ont rejoints ensuite, et nous avons commencé à faire des réserves très stratégiques en produits pharmaceutiques. C’est comme ça que nous en sommes arrivés au bénévolat et à notre projet.

À quelles difficultés vous retrouvez-vous confrontés ?

Nous sommes d’abord confrontés à un problème de compréhension. Tout le monde ne comprend pas ce que nous faisons. Pourtant, avec un tel projet, l’adhésion de la communauté constitue une condition nécessaire. Eu égard à notre titre de médecins, nous avons pour mission de servir la société. Il va donc de soi que nous enlevions nos blouses pour assister les malades. Le bénévolat à travers l’ASBL nous permet de recueillir des dons et des legs pour porter secours à tous les malades qui ont des besoins sur le plan sanitaire.

Quelles réalisations avez-vous pu concrétiser ?

Le bureau d’assistance aux malades nécessiteux s’est lancé dans la chirurgie réparatrice. Nous avons des frères et des sœurs démunis, qui souffrent de malformation congénitale, des masses, de tumeurs et d’autres anomalies. Nos experts leur apportent l’assistance et les soins requis. En dépit des maigres moyens financiers et matériels dont nous disposons, nous intervenons avec une médecine gérée par les professionnels de la santé, dans le souci de rendre les soins de santé accessibles à tous.

Le bureau d’assistance aux malades nécessiteux se compose de toutes les catégories de médecins, infirmiers et pharmaciens qui ont accepté de se joindre à nous volontairement afin d’assister les plus démunis. Durant la période de confinement, nous avons organisé tous les week-ends plusieurs activités avec nos propres moyens, telles qu’une campagne de sensibilisation sur le coronavirus, ou une campagne de distribution des kits de riposte, dont le masque, les gels désinfectants, les lave-mains, et les gants. Nous avons aussi organisé des campagnes de renforcement des capacités de certains médecins dans le Congo profond, soit à 300 km de la ville de Lubumbashi.

Nous avons distribué des vivres et des produits utiles aux malades de troisième âge, et aux orphelins et leur avons offert gratuitement nos services médicaux en déplaçant notre personnel.

Avez-vous atteint vos objectifs ?

Il se trouve que nous avons tellement de choses à réaliser. Cela implique que nous donnons le meilleur de nous-mêmes, pour que les choses puissent évoluer. Mais, il faut faire passer le message, nous attendons que les Congolais qui aiment leurs compatriotes, leur pays, et qui veulent s’investir pour la communauté nous soutiennent dans ce projet. Il faut dire que nous ne pouvons pas nous-mêmes être à la fois concepteurs, réalisateurs, et entrepreneurs. En conséquence, nous avons besoin de l’appui des personnes de bonne volonté qui ont compris notre vision, qui peuvent nous appuyer pour que nous puissions aller plus loin, car nous visons surtout les coins les plus reculés du pays, là où nos compatriotes n’ont pas accès aux soins de qualité, et où la vieille médecine traditionnelle s’applique toujours.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Nous avons dernièrement mis sur place un projet de caravane médicale, et nous voudrions prochainement sillonner toute la République avec notre équipe, pour essayer de soigner nos compatriotes, dans les carrières minières, aux villages et dans les périphéries des villes. Nous comptons mettre notre expertise au service de tous.

Interview réalisée par Gédéon Elonga


Événements à Venir

Aucun évènement dans le calendrier
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Nous et Facebook (2)