JE SUIS FEMME AU FOYER ET FIÈRE DE L’ÊTRE

Je m’appelle Lydia Banza Shutcha. Je suis née en 1982 à Likasi, mariée et mère de deux enfants.

« Nous vivons dans une société qui valorise davantage celui qui met l’argent sur la table que celle qui organise la maison »

 De confession chrétienne, je suis diplômée de la VUT (Afrique du Sud) en management de tourisme. J’ai également un certifcat d’entrepreneure de la Harvard business school online. Active dans le monde professionnel depuis 2008, propriétaire et gérante d’une chaine de radiotélévision, j’ai cessé mes activités professionnelles en tant que General Manager d’une société d’exportation à Lubumbashi en 2016 afin de m’occuper de ma famille. 

Femme au foyer et fère de l’être! 

Le 8 mars est, pour moi, une journée triste, car au-delà des honneurs, cette journée ne témoigne pas du combat acharné pour le respect de nos droits et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes. Le genre humain n’est pas suffsamment informé sur l’histoire (quel fut le combat mené, en quoi a consisté la victoire et quelles sont ses applications en RDC). Le 8 mars devrait être un jour de deuil dans le pays, et ce pour toutes les femmes: nos droits ne sont pas encore totalement respectés et l’inégalité par rapport aux hommes est toujours d’actualité.

Héroïnes de l’ombre.

Je parle de celles qui se donnent corps et âmes à leurs foyers, 24 heures sur 24. C’est ce que nos mères ont été et sont encore. Nous sommes ce qu’elles ont fait de nous, nous en sommes fères, mais à cause des abus et du mépris subi et que nous subissons encore, notre génération considère le rôle au foyer comme un échec. Nous vivons dans une société qui valorise davantage celui qui met l’argent sur la table que celle qui organise la maison (en gérant les domestiques, en entretenant les lieux, en veillant au bien-être physique, émotionnel, spirituel de chaque membre de famille, etc.). J’ai été salariée et si je dois monétiser le travail au foyer, il est simplement inestimable.

Si les hommes avaient valorisé le rôle des femmes de la génération précédente en les louant pour les choses accomplies, il y en aurait qui seraient heureuses de s’occuper essentiellement de la maisonnée. Ce rôle reste irremplaçable et la génération future risque, si elle n’en prend pas conscience, d’en supporter des conséquences plus lourdes encore.

Plusieurs d’entre nous souffrent émotionnellement de travailler en dehors de leur maison, mais elles sont partagées entre les honneurs qu’apporte le rôle de celle qui touche un salaire et le mépris que cause le rôle d’une maîtresse de maison. Elles voient leurs enfants devenir étrangers à leur vision de l’éducation. Mais comment transmettre les valeurs « bu muntu » qu’elles ont sans pouvoir passer du temps avec leurs enfants ? La plupart se sentent piégées dans une espèce de voie sans issue.

Mon souhait est que la femme au foyer comme celle au travail puisse trouver le bonheur en elle et non au nom d’une approbation ou d’un mépris. Je prie pour qu’elle soit fère d’être une femme, car elle n’est pas une erreur de la nature, mais bien un élément essentiel et crucial. J’espère enfn que le gouvernement va, concrètement, encourager les femmes au foyer, car l’avenir de notre nation en dépend aussi.

Lydia B S.

imagesUN PEU D’HISTOIRE

En 1857, des ouvrières de l’habillement manifestaient déjà à New York contre leurs conditions de travail et dénonçaient l’absence de respect de leur dignité. En 1910, lors d’une conférence internationale des femmes socialistes, Clara Zetkin, révolutionnaire allemande et Alexandra Kollontaï, femme politique russe, appelaient à la création d’une journée consacrée aux droits de la femme. C’est aussi l’époque où les Anglaises manifestaient pour le droit de vote à Londres. Si la première journée eut lieu le 19 mars 1911, c’est Lénine qui proposa en 1921 la date du 8 mars. En 1945, la signature de la Charte des Nations-Unies proclame offciellement l’égalité des sexes comme droit fondamental, mais c’est seulement en 1977 que cette journée voit offciellement le jour…


Événements à Venir

Aucun évènement dans le calendrier
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Nous et Facebook (2)