Les 3 T de Youssoupha: Talent, Travail et Travail

Avec « Polaroïd Expérience », Youssoupha nous propose un nouvel album mélancolique et poignant évoquant le parcours du rappeur de Kinshasa à Cergy. Composé de 12 titres, succession de photos musicales prises sur le vif, où il évoque la famille, sa vision du monde et de la société, ce 5e opus est sans aucun doute celui d’un artiste libéré et mâture.

Buzzz Mag a croisé le Patron du label «Bomayé Musik » avant son entrée en scène, à Lubumbashi, en Novembre dernier, pour qu’il nous parle de ses projets. Interviews.

Buzzz Magazine : Parlez-nous de votre label bomayé et sa vision ?

Youssoupha : Bomayé c’est mon label. Je travaille avec beaucoup de gens. J’ai produit Keblack, Naza, Hiro qui vient de partir, Gaz Mawete et pleins d’autres artistes. Au fait, nous avons moins de moyens que d’autres label, comme Universal et Sony, mais le but c’est d’avoir les idées. On essaie de trouver les talents avant les autres, comme par exemple avec Gaz Mawete, qui est une étoile montante.

Buzzz Magazine : Est-ce que le label a été créé pour seulement signer les artistes musiciens de la diaspora ?

Youssoupha : Pas forcement ! Mais c’est vrai que nous avons beaucoup de Congolais, ça doit venir de notre mode culturel… Nous voulons, bien sûr, que les artistes congolais soient au top, mais j’espère qu’avec le temps nous aurons des artistes venant de partout.

Buzzz Magazine : C’est quoi le critère de sélection pour être signé par Bomayé Musik ?

Youssoupha : Il faut bosser ! Moi, pour devenir ce que je suis aujourd’hui, j’ai tout donné ! Gaz Mawete est produit chez moi non seulement parce qu’il qu’il a été gagnant de Best of the Best, mais surtout parce qu’il a énormément travaillé. Je sais qu’il y a des talents au Congo, nous allons les repérer avec mon équipe et tenter de les produire par la suite.

Buzzz Magazine : Tu as sorti un album, tu gères ton label et tu viens de signer un contrat chez Bein Sport en tant consultant sportif, 24 heures suffisent pour toutes tes activités ?

Youssoupha : J’assume …


Nous et Facebook (2)